DONNÉES TECHNIQUES La technologie de fabrication la plus avancée

seccion-frances



Stabilité dimensionnelle

L’essai est effectué conformément au projet de la norme européenne EN-1910. Cela consiste à reproduire dans une enceinte climatique de la taille d’une chambre, des milieux humides (20°C, et 85 % HR). Ces milieux sont maintenus sur de longues périodes à la fin desquelles on mesure les déformations des lames (courbures, cambrures, gonflement).

Résistance à l’abrasion

Cet essai permet d’évaluer le comportement du revêtement de sol face aux impacts dynamiques, tels que ceux qui se produisent, par exemple, lors de la chute d’objets depuis une hauteur donnée. Pour ce faire, on laisse tomber une bille d’acier d’un poids de 500g depuis différentes hauteurs. Le but est de calculer la hauteur maximale depuis laquelle aucune détérioration permanente du vernis ne se produit, ainsi que les dimensions des traces que laisse l’impact.

 

Résistance aux produits ménagers

L’essai se réalise conformément à la procédure décrite dans la norme UNE EN 438.2 paragraphe 15. Lors de cet essai, le parquet est mis en contact avec différentes substances couramment utilisées dans les lieux d’habitation (produits alimentaires, détergents, acides, etc.). Le temps de contact est compris entre 24 heures et 10 min selon la nature du produit. On évalue la détérioration, les changements de brillance, les colorations anormales de l’échantillon évalué.

Dureté

Il s’agit de la résistance d’un matériel à la pénétration d’un autre matériel. Il existe différents systèmes pour évaluer la dureté du bois : Brinnell, Janka, Monnin. Les données présentées ci-après relatives aux bois élaborées par IMA correspondent au calcul de dureté Monnin, qui est précisément celui pris en compte par la norme espagnole UNE-56-534. Ce procédé consiste à appliquer une charge de 100 kg par cm de largeur de l’échantillon, sur la pièce à travers d’un cylindre d’acier, transversalement par rapport aux fibres. La dureté est l’inverse de la profondeur de la trace laissée par le cylindre sur l’échantillon (détergent, acide, etc.). Le temps de contact est compris entre 24 heures et 10 min selon la nature du produit. On évalue la détérioration, les changements de brillance, les colorations anormales de l’échantillon évalué.

 

Résistance du vernis à la lumière

L’essai est effectué en suivant la méthode décrite dans la norme EN 438.2, paragraphe 16. Lors de cet essai, le vernis est soumis à un cycle de vieillissement accéléré en l’exposant à une lampe à arc de xénon dans un milieu d’humidité relative et de température donnée. On évalue le changement de couleur de l’échantillon.

Conductivité thermique

La conductivité thermique est la quantité de chaleur qui passe par unité de temps à travers une unité de surface de l’échantillon lorsque l’on définit une certaine différence de température entre la face et le contre-parement. Plus la conductivité est moindre plus l’isolant thermique est économique. La conductivité thermique est mesurée en suivant la méthode décrite dans la norme UNE 92-201 dans milieu d’humidité relative et de température donnée. On évalue le changement de couleur de l’échantillon.

 

Résistance aux impacts

Cet essai permet d’évaluer le comportement du revêtement de sol face aux impacts dynamiques, tels que ceux qui se produisent, par exemple, lors de la chute d’objets depuis une hauteur donnée. Pour ce faire, on laisse tomber une bille d’acier d’un poids de 500g depuis différentes hauteurs. Le but est de calculer la hauteur maximale depuis laquelle aucune détérioration permanente du vernis ne se produit, ainsi que les dimensions des traces que laisse l’impact.

Comportement face aux rayures

La résistance aux rayures s’évalue en suivant la méthode décrite dans la norme UNE EN 438.2, paragraphe 14. Elle s’évalue en fonction de la force minimale, appliquée sur une pointe de diamant d’une géométrie donnée, qui produit une marque sur le vernis visible à l’œil nu.

 

Émission de formaldéhyde

Le formaldéhyde est un composant d’adhésifs pour le bois qui est considéré toxique à partir de certains niveaux d’émission. La plupart des pays développés possèdent des règlements sanitaires de plus en plus exigeants quant au contenu de formaldéhyde des produits transformés industriels du bois. Le résultat obtenu quant à la teneur en formaldéhyde du parquet flottant IMA, est celui décrit dans la norme UNE EN 120 qui est de classe E1 (moins de 8mg par 100g de masse produit).

Isolation phonique aux bruits d’impacts

Il s’agit de la réduction par rapport au niveau de bruit d’un impact normalisé qu’offre un revêtement mis en place sur un plancher dans l’enceinte sous-jacente. D’autres types de revêtement de sol en bois, tels que les parquets sur tasseaux ou le parquet mosaïque sur mortier, sont incapables de satisfaire à la spécification de 80 dBA exigée par la norme de base de la construction NBE CA-88 sur la plupart des différentes possibilités de plancher les plus couramment utilisées dans la construction. Le parquet flottant IMA installé sur de la mousse de polyéthylène de 3mm offre une réduction des bruits d’impacts de 18 dBA.